Bande dessinée / Comics

Medley

"Medley est un rêve. À vrai dire un cauchemar.
Mais un cauchemar magnifique, entièrement réalisé à la carte à gratter par l’un des maîtres du genre, Emre Orhun.

On y suit un personnage sans nom, mais affublé d’un grand nez.
Il se réveille, blessé au genou, dans une ruelle sombre.
Un clown inquiétant l’aperçoit et lui propose de l’aider.
Notre héros accepte de le suivre, sans se douter de ce qui l’attend.
S’ensuit un voyage halluciné et initiatique au cours duquel il va croiser des monstres obscènes, des pirates, des hippies morts, une secte adepte du bondage, la torture et l’amour, entre autres...

Poème glauque et splendide, Medley invoque les figures grotesques de la littérature fantastique pour les accommoder à la sauce cyberpunk, quelque part entre Gustave doré et Marc Caro."

 

 

(texte tiré du site des éditions Même Pas Mal)

 

bande dessinée 176 pages / 17 x 24 cm

éditions Même Pas Mal / 2016

 


Erzsebet

Erzsebet

scénario de Cédric Rassat

éditions Glénat / collection Mille Feuilles

64 pages / 2010

 

Encre sur calque polyester

Le conte noir de la comtesse sanglante.
 

Hongrie, XVIIe siècle. La Comtesse Erzsebet Bathory vit dans son château isolé des Carpates.

Elle est jeune, elle est belle. Son mari est parti à la guerre. Elle est encline aux passions tourmentées, mais surtout, elle réalise que le Temps, ce voleur implacable, va lui ravir sa beauté.

Alors elle sombre dans une folie meurtrière : elle fait assassiner des dizaines de jeunes vierges pour se baigner dans leur sang, persuadée que lui seul peut la préserver du vieillissement.

L’histoire de cette meurtrière ayant réellement existé a inspiré régulièrement les créateurs, et notamment Julie Delpy avec son film La Comtesse sorti en avril 2010. Cédric Rassat et Emre Orhun réalisent un album en carte à gratter époustouflant de noirceur et de virtuosité, imprégné de perversité sexuelle.

 

Une folie gothique.

 

(tiré de Glenatbd.com)


La Malédiction du Titanic

La Malédiction du Titanic

scénario de Cédric Rassat

éditions Glénat / collection Mille Feuilles

46 pages / 2012

 

Carte à gratter

Avril 1912. Le Titanic traverse la nuit noire et s'avance inexorablement vers l'iceberg qui le fera bientôt disparaître dans les eaux sombres de l'Atlantique nord.

 

À son bord, quelques milliers de passagers s'apprêtent à vivre l'une des plus effroyables tragédies de l'histoire du vingtième siècle. Mais, pour certains d'entre eux, le cauchemar a commencé quelques heures plus tôt, en marge d'une soirée costumée qui a déjà tout d'un bal de fantômes…

Cédric Rassat et Emre Orhun ont choisi d'aborder l'histoire du Titanic sous un angle nouveau. Cent ans après, cette tragédie renaît donc sous la forme d'un album très original et réalisé entièrement en cartes à gratter. Cette technique (*), que les auteurs avaient déjà utilisée pour Erzsebet (2010), prend ici tout son sens puisqu'elle permet de coller au plus près de la réalité graphique du drame. En effet, les formes blanches qu'Emre Orhun fait émerger en grattant méthodiquement sa planche sont à la fois celles qui vont permettre de concrétiser le récit, mais aussi, via l'apparition de l'iceberg blanc, l'image même de la "malédiction" qui va s'accomplir et envoyer, une nouvelle fois, le Titanic par le fond.

 

(*) : Le travail d'Emre Orhun consiste à gratter des planches noires (recouvertes d'encre), afin d'en extraire les traits de blancheur qui révèleront, ensuite, les formes, les volumes, la lumière, les personnages et, au bout du compte, la totalité du récit. Tous les petits traits blancs qui figurent dans l'album ont donc été minutieusement grattés, l'un après l'autre, à l'aide d'une pointe très fine ou, parfois, d'une lame de rasoir.

 

(tiré de Glenatbd.com)